Tous les articles par jeanmarc

2e dimanche de l’Avent – Une voix crie dans le désert

Matthieu n’y va pas avec le dos de la cuillère ce dimanche. Son appel est radical et demande un retournement complet de ce que nous sommes et nous réalisons. Arrêtons-nous à deux très courts extraits aujourd’hui. Il y aurait beaucoup plus à dire, mais il faut y aller par petites doses pour garder un peu d’espérance en demain.

Voix de celui qui crie dans le désert…

N’avons-nous pas l’impression parfois de crier sans être entendus ? Il y a tant de situations inacceptables dans notre monde, mais nos systèmes sociaux et économiques aiment nous divertir et meubler notre temps pour nous empêcher de voir clair et d’oser des transformations au service des exclus de nos sociétés. Notre voix ne semble plus porter. Mais il y a aussi un autre sens intéressant. La voix crie du désert, cet espace de silence inhabité, du moins en apparence, où le système est absent, où il est possible d’entendre cette petite voix intérieure qui nous appelle avec audace à vivre debout, à être nous-mêmes au service de la vie. N’est-ce pas là que nous pourrons entendre le « fin silence de Dieu » ? Reprenons courage : que notre cri devienne geste concret, délicate attention, solidarité active, imagination créatrice…

Produisez donc un fruit digne de la conversion

Ça suffit les belles paroles, nous rappelle l’évangéliste. Concrètement, qu’allons-nous faire pour nous convertir à l’évangile du Christ ? La conversion est beaucoup plus que croire en Dieu, lire la Parole, prier seul ou en communauté, etc. La conversion doit faire de nous de véritables artisans du Règne de Dieu, pas une monarchie des puissants, une dictature des faiseurs d’opinion, une multinationale des décideurs de ce qui est bien pour nous. Le Règne de Dieu, nous rappelle Ésaïe, se traduit par la place que nous faisons (concrètement !) dans nos vies aux petits de tous les temps, les appauvris par notre système économique, les déplacés par nos guerres, les réfugiés par les dérèglements climatiques, etc.

L’appel est clair et exigeant, il nous semble parfois inaccessible. Mais, ensemble, main dans la main, de cœur à cœur, petits pas par petits pas, nous arriverons à recréer notre monde, à lui redonner le souffle fraternel et créateur. Confiance ! Marchons ! La vie est toujours au rendez-vous de la vie !

Jean-Marc St-Jacques, c.s.v.
Responsable général

Soyons témoins de la joie et de l’espérance

Le 4 octobre dernier, Mgr Claude Hamelin, évêque de Saint-Jean-Longueuil, publiait une lettre pastorale pleine d’espérance.

Il attire notre regard sur des fragilités d’aujourd’hui et nous invite à nous engager au service du monde en nous mettant « à l’écoute de ce que l’Esprit nous dit aujourd’hui au cœur des joies et des espoirs, des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de ce temps. »  Il nous rappelle également trois défis lancés à l’Église canadienne par le pape François :

  • Faire connaître Jésus (Cela suppose une créativité pastorale pour rejoindre les gens là où ils vivent, en n’attendant pas qu’ils viennent) ;
  • Témoigner de la joie de l’Évangile ;
  • Être une Église de la fraternité (L’Église sera un témoin crédible de l’Évangile dans la mesure où ses membres vivront la communion, en créant des occasions et des espaces pour que quiconque s’approche de la foi trouve une communauté accueillante, qui sait écouter, qui sait dialoguer, qui favorise une bonne qualité de relations). 

Mgr Hamelin nous invite tous à entrer en dialogue.  « Et les sujets ne manquent pas pour amorcer et approfondir le dialogue.  La place et le rôle des femmes dans notre Église ; le leadership dans nos communautés ; les enjeux sociaux, écologiques et économiques actuels ; l’accueil inconditionnel ; les nouveaux lieux d’écoute et de partage de la Parole ; la solidarité entre les générations ; les moyens de communiquer la foi aujourd’hui ; le renouvellement de nos liturgies ; la recherche spirituelle contemporaine ; la formation de notre personnel pastoral, des bénévoles et de tous les baptisés ». 

Pour lire le texte en entier : Pour_une_Eglise_renouvelee_2022_FINAL_FR

Il y a toujours une route…

En ce dimanche 27 novembre, nous entrons dans cette marche vers le rappel de la Nativité de Jésus de Nazareth, une naissance qui bouleverse encore aujourd’hui l’ordre du monde. Nous vous invitons à marcher avec nous du SPV tout au long de ces jours, une marche qui nous appelle à découvrir des routes neuves, des routes différentes du temps de Jésus, des routes qui tiennent compte des réalités diverses de nos pays, mais qui ont en commun la recherche de la dignité de la personne, la femme et l’homme vivant debout selon le profond désir de notre amoureux de Père, notre fraternel de Fils et notre audacieux d’Esprit.

Je ne retiens que deux petits extraits de la Parole de Dieu de ce dimanche. « L’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil. » (Romains 13,11) et l’appel de Matthieu : « Veillez donc ! »
Oui, il est grand temps de sortir de notre sommeil devant tout ce qui assaille les humains. Au cours de la dernière semaine, il y a de quoi désespérer quand nous regardons les conclusions de la rencontre de la COP 27 (que de petites avancées !), la situation en Ukraine, les attaques contre les Kurdes, les discours sans engagement pour aider Haïti et j’en passe.
Oui, cette semaine, regardons simplement ce que nous pouvons faire seuls, en équipe, en famille, en quartier… pour participer à la transformation de notre univers pour plus de fraternité et de tendresse, pour plus de justice et de solidarité.
« Veillez » ne veut pas dire attendre les bras croisés ! « Veillez » nous appelle à regarder notre monde, à humer ses parfums, à tendre les mains, à entendre les cris des exclus, à goûter au meilleur de notre terre. Ensemble, ouvrons cette route qui donne un sens à la vie, une vie pleine de sens.

Jean-Marc St-Jacques c.s.v.
Responsable général du SPV

 

Une soirée biscuits-partage !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 23 novembre, des participant.es du groupe de jeunes du Carrefour Foi et Spiritualité se sont rassemblés pour une soirée spéciale : cuisiner des biscuits de Noël qui seront remis lors de la fête de Noël du Carrefour, une fête regroupant des personnes seules. Quel beau moment ! Tous ont mis la main à la pâte, tout en parlant de ce qu’ils vivent avec beaucoup d’humour et de tendresse.
Puis, un moment de réflexion animé par Sylvie Courtemanche, directrice du Carrefour,  et Jean-Marc St-Jacques a permis de réfléchir à l’importance de servir la vie. Il n’y a pas de gestes inutiles, reconnaissons-nous. Développons nos regards pour voir le beau du monde et découvrir là où nous devons nous engager pour transformer notre terre en un lieu de dignité pour tous.

Une marche pour la planète !

 

Vous le savez peut-être : la COP15 des Nations-Unies sur la biodiversité s’arrête à Montréal en décembre. Alors que plus d’un million d’espèces sont menacées, les pays doivent se montrer beaucoup plus ambitieux pour protéger la nature. Le temps presse! Le samedi 10 décembre, 13h, accompagnez Nature Québec à Montréal pour une grande marche afin de nous faire attendre. Marchons ensemble pour des générations vivantes!

Pour en savoir plus, visitez naturequebec.org

Équipe Vondrona du Madagascar

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Avec audace et confiance…  Osons la vie en toute simplicité ! Et ce sera bon ! »
La deuxième visite de lancement de l’année 2022-2023 pour les équipes SPV  du Madagascar a eu lieu le 13 novembre chez l’équipe Vondrona Ambohimirary.
« Avec courage et confiance… Osez affronter la vie honnêtement ! Et ça va être un bon ! « 


Ou en malgache :  « Amin’ny fahasahiana sy fahatokisana…
Sahia mihatrika ny fiainana amim-pahatsorana !
Dia ho tsara izany ! »
Tontosa anio indray ny fitsidihana faharoa ny zana-tsampana SPV ho amin’ny fanokafana ny taom-pikatrohana 2022-2023. Ka ny ekipa Vondrona Ambohimirary no nanatanterahana izany.

Un quillethon au bénéfice du SPV

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le samedi 5 novembre, le SPV de la région de Montréal organisait un quillethon pour soutenir la vie du SPV.

La chère pandémie a retenu à domicile une quinzaine de participants. Mais malgré cela, ce fut une belle rencontre fraternelle vécue dans la joie.  Le groupe a amassé tout près de 800 $.

Merci à Anik Godard, notre fidèle organisatrice… et aux membres de sa famille qui aident beaucoup.