30 septembre : une commémoration à St-Lazarre, Manitoba

Pierre souvenir indiquant la contribution des Métis à l’histoire du pays

 

La charette des Métis

Au Canada, le 30 septembre a lieu la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, pour promouvoir les efforts de réconciliation avec les peuples autochtones, et la Journée du chandail orange, pour rendre hommage aux enfants qui sont décédés et aux survivants des pensionnats, ainsi qu’à leurs familles et leurs communautés, qui vivent aujourd’hui avec les séquelles de ce vécu tragique.

Comme c’est un jour férié au Manitoba, la célébration a eu lieu la veille. Ainsi, à l’école Saint-Lazare (village situé à plus de 300 km au nord-ouest de Winnipeg au Manitoba), une cérémonie de mémoire a été réalisé au Fort Ellice, haut lieu historique de l’histoire des Métis du Canada.  Cette école,  fondée par les Sœurs de la Présentation de Marie, est maintenant dirigée par Richard Fiola, adjoint au directeur des Camps de l’Avenir.

Tous les élèves étaient présents de la prématernelle à la dernière année du secondaire.  Ce fut l’occasion de rappeler l’histoire tragique des Premières Nations canadiennes. Tout a été mis en place par le gouvernement canadien, soutenu par les grandes Églises, pour assimiler ces peuples. Les jeunes présents ont déposé des roches en mémoire des enfants retirés de leur famille, ont gardé le silence, ont écouté un Métis (M. Terry) leur parler de cette dure histoire. L’émotion a été grande quand un jeune a lu le nom des enfants décédés au pensionnat de Birdle (le pensionnat de la région).  Après une marche en communion avec les peuples des Premières Nations, chaque jeune est reparti en se disant qu’il est nécessaire de connaître son histoire pour ouvrir un avenir sous le signe de la réconciliation et de la solidarité.

Bravo à l’équipe de St-Lazare !

N.B. Sur les photos, nous ne voyons pas les enfants en respect de leur droit à la vie privée.

L’équipe VAHATRA (Madagascar) lance ses activités

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les membres de l’équipe SPV VAHATRA ont économisé un peu d’argent sur des bouteilles en plastique pour pouvoir faire un barbecue. Le rassemblement du 25 septembre était vraiment plein de joie. « Le repas que nous avons fait ensemble était délicieux. C’est aussi la fin de la formation SPV année 2022 pour nous dans l’équipe VAHATRA. »

Pourquoi une journée spéciale le 30 septembre? Quels gestes poser?

Le 30 septembre est maintenant une journée officielle pour se réconcilier avec les peuples autochtones canadiens. Cette journée a vu le jour en 2021 et elle devrait nous permettre de trouver des moyens de se réconcilier avec ces peuples importants pour notre nation. Pour mieux comprendre leur réalité, le mouvement SPV a décidé de vous informer chaque semaine d’un fait qui les concerne afin de mieux les comprendre.

Cette semaine, je vous présente deux moyens pour mieux comprendre ce que veut dire le mot « pensionnat » pour les autochtones. Voici un lien d’un vidéoclip sur la raison de porter du orange le 30 septembre. https://youtu.be/yOQfoBsTKIY. Puis, il y a une nouvelle série à Radio-Canada « Pour toi Flora », diffusée les mardis soirs, qui explique comment les pensionnats ont changé la vie de ces communautés durant le dernier siècle, mais comment encore aujourd’hui, on y vit avec des séquelles graves. Bon visionnement!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons reçu un courriel d’Ulrich Nzau, responsable du SPV de la RDC : « Je viens par la présente vous informer que les équipes SPV se portent bien et que nous avons clôturé les activités des Camps de l’avenir. Comme toujours, en République démocratique du Congo, deux camps des jeunes se sont tenus du 16 au 24 juillet et du 14 jusqu’au 21 août 2022. Ces camps de l’avenir ont été organisés au Centre professionnel ECC/BATIR dans la commune de Mont Ngafula . Le tout a connu une réussite totale, le thème de l’année SPV rejoignant bien les jeunes : Avec audace et confiance… Osons la vie en toute simplicité ! Et ce sera bon!
Il y a eu plusieurs activités : campement , formation,  jeux , chant , repas, réflexion, le silence, le partage d’expérience, la communion, les foulards, les rires, le temps de prière , lecture de la Bible.
C’était merveilleux de goûter aux plaisirs de la vie et d’être à l’écoute de la nature. 

Par ailleurs, le micro projet évolue assez bien avec le poulailler. Nous sommes à la phase de la ponte des œufs.  Pour le centre professionnel en informatique, le projet est en cours de la réalisation parce que les fonds alloués ne nous permettent pas d’investir tout l’argent dans ce projet . Il y a répartition des fonds avec le soutien des activités du SPV ( camps de l’avenir, Imprimé les programmes SPV ). Il nous reste dans le compte 500 dollars pour l’achat d’un groupe électrogène 4 KVA qui va commencer à alimenter le centre informatique en cas de coupure d’électricité. Il nous reste encore d’avoir un peu de moyen financier pour l’achat des meubles ( étagères, tables, chaises), aménagement du bâtiment, etc. »

Un écho de l’Assemblée générale

Le président général Antoine Pétraki

La présidente d’assemblée Suzanne Brosseau.

Le dimanche 21 août se tenait l’Assemblée générale d’été du SPV.

L’avant-midi a été bien rempli par de nombreux dossiers.  Le président général Antoine Pétraki a présenté le rapport annuel des activités 2021-2022. Il a su mettre en lumière le dynamisme du SPV malgré l’ère de la pandémie. Puis, l’adjoint au responsable Marc-Antoine Parent a, par une animation interactive, invité les membres de l’Assemblée à faire leur le plan stratégique en s’engageant à donner force à des éléments de celui-ci au cours des prochains mois.

Il a été aussi question des priorités d’action de l’année et du calendrier des activités. Le responsable général Jean-Marc St-Jacques a présenté les états financiers et le budget.  Finalement, l’assemblée a procédé aux élections à l’exécutif général qui sera composé du responsable Jean-Marc, de l’adjoint Marc-Antoine, du président Antoine et de trois autres membres élus : Hernio Carrié (Montréal), Mélissa Gingras-Dubreuil (Trois-Rivières), Annie Perreault (Vaudreuil-Dorion).  

Ce fut l’occasion de dire un trop bref merci à Anik Godard qui quitte l’exécutif après 26 ans de présence. Notre vive reconnaissance !

Une vie pleine de sens à Ouagadougou

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le responsable général, F. Jean-Marc St-Jacques, c.s.v., a profité de son séjour au Burkina Faso pour sa congrégation pour animer un temps de formation avec des responsables des équipes et des membres du bureau national.  Ce fut un temps privilégié pour approfondir le thème de l’année, mieux connaître les programmes et envisager l’organisation de la région SPV où plus d’une douzaine d’équipes regroupe des centaines de jeunes. Des membres de plusieurs villes étaient présents : Banfora, Koudougou, Ouagadougou, Bagré, Zabré…

Et en bonne tradition, le tout s’est terminé par un pot fraternel.

50 ans de fidélité amoureuse

Le samedi soir 20 août fut l’occasion de célébrer les cinquante ans de vie amoureuse de Lorraine Decelles et de Normand Picard, deux engagés de la vie SPV depuis toujours.  En effet, le 12 avril 1972, en plein congrès SPV, les deux amoureux s’unissaient devant 600 témoins. Regarde-moi dans les yeux et tout ce monde à rendre heureux.  50 ans plus, membres de la famille, amis et membres du SPV étaient heureux de se retrouver pour vivre ensemble un instant de douce communion.  Nos hommages et continuez à vivre debout en toute simplicité !  Nous continuerons à marcher avec vous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une session « pleine de sens »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 20 août, le SPV organisait sa session annuelle de formation. Le thème de l’année a été l’occasion de réaffirmer notre engagement à vivre debout  : Avec audace et confiance, osons la vie en toute simplicité ! Et ce sera bon !

Le responsable général et les membres de l’exécutif ont déployé leurs talents pour permettre d’approfondir le thème, de mieux voir comment animer une équipe, de découvrir les documents d’animation…  

La vie est pleine de sens si nous prenons le temps de la goûter, de la sentir, de la contempler, de l’écouter et de la prendre à pleines mains.