2e dimanche du Carême – Soyons lumière !

Ce dimanche, nous grimpons sur la montagne avec Jésus. Il y sera transfiguré.  Le dictionnaire définit se verbe de deux manières similaires : transformer en revêtant d’un aspect éclairant et transformer en donnant une beauté et un éclat inhabituels.

Voilà le bel appel de ce jour ! Suivant le Christ porteur de Lumière, comment allons-nous oser nous revêtir d’une beauté lumineuse, inhabituelle ?  Comment allons-nous faire rayonner notre terre de cette lumière surabondante de la joie, de la tendresse et de la paix ?  Suivre le Christ aujourd’hui dans sa démarche lumineuse est un défi qui nous semble parfois inaccessible. Et pourtant, à tous les jours, il est possible pour chacun.e de nous d’être une lumière pour tant de femmes et d’hommes en recherche d’un peu de répit dans cette marche mouvementée, trop mouvementée.

Regardons donc autour de nous où nous pourrions cette semaine allumer des lumières porteuses de vie et ne manquons pas de diriger nos faisceaux sur ceux qui détruisent la vie. L’actuelle pandémie en cache d’autres : celle de la violence conjugale, celle du racisme systémique, celle du système économique qui appauvrit tant de personnes, celle du réchauffement climatique qui rend stérile de grandes surfaces de la terre amenant des déplacements majeurs de population, etc.

Montons, nous aussi, sur les collines de nos voisinages. Laissons-nous imprégner de la lumière de Dieu et redescendons dans la plaine au rendez-vous de nos sœurs et frères en quête d’un peu de vie.

Jean-Marc St-Jacques, c.s.v., responsable général – SPV

 

Discerner sa présence – une réflexion du P. Nestor Fils-Aimé

Il y a une semaine, le coup d’envoi de la marche qui nous conduira à la joie de la résurrection a été donné. Depuis un an nous vivons un long carême qui tarde encore à déboucher sur un matin de Pâques ensoleillé et exempt de toutes formes de virus. Le vocabulaire même associé à la pandémie se rapproche de celui du carême. On parle de « quarantaine », de « retrait », d’ « isolement »… et on anticipe une « victoire » sur la Covid-19 où la vie pourra reprendre son droit sans cette pression et cette crainte qui ont redéfini la carte des relations et des comportements du monde.

En avril 2020, le pape François, devant l’urgence sanitaire causée par la pandémie proposa « un plan pour ressusciter (un plan para resuscitar) ». Il dit :
« Au cours de ces semaines, la vie de millions de personnes a changé. Pour beaucoup, rester à la maison a été une occasion pour réfléchir, pour arrêter les rythmes frénétiques de la vie, pour être avec ses proches et jouir de leur compagnie…Ce temps n’est pas le temps de l’indifférence, parce que tout le monde souffre et tous doivent se retrouver unis pour affronter la pandémie. Jésus ressuscité donne espérance à tous les pauvres, à tous ceux qui vivent dans les périphéries, aux réfugiés et aux sans-abri… » (Pape François, La force dans l’épreuve, Novalis, Montréal, 2020).

À travers ces paroles du Pape se lit l’espérance qui doit nous mouvoir et nous fait entrer plus profondément dans une relation renouvelée avec nous-mêmes et avec les autres. C’est précisément ce à quoi nous appelle ce temps du carême 2021 qui nous invite à « Discerner sa présence ».

Quand on parle de « discerner », on met en marche notre capacité de juger et d’appréhender la réalité. On fait des choix. On adopte une position que nous jugeons mesurée et adaptée aux circonstances. Discerner fait appel à l’intelligence et à l’équilibre du regard.

Discerner la présence de Jésus c’est accepter d’emprunter un chemin qui n’est pas facile.
« Si la voie où tu t’engages ne présente aucun obstacle, elle n’amène nulle part. »
La présence de Jésus se manifeste dans tout ce qui s’accomplit de bien par nous, en nous et autour de nous. Quand l’amour, la fraternité, le pardon, la compassion sont au rendez-vous, nous sommes certains de la présence du Christ et nous ne faisons pas fausse route.
Puisse ce temps du carême 2021 être un chemin de liberté, d’espérance et de victoire sur toutes les morts qui nous guettent. Qu’il nous achemine vers Pâques dans la joie de la présence de celui qui donne sens et consistance à notre communauté viatorienne.
Bon temps du carême!
P. Nestor Fils-Aimé, c.s.v.
Supérieur provincial – Les Clercs de Saint-Viateur du Canada

Une célébration de confirmation au Togo

« C’était au cours d’une grande célébration eucharistique, présidée par l’archevêque du diocèse d’Aného, Monseigneur Isaac Jogues Agbémenya Kodjo Gaglo, avec six autres prêtres, que toute l’équipe SPV de Kpogan-Agbétsiko a reçu le sacrement de la confirmation. Grande est la joie qui nous anime. Que le Seigneur même dans sa bonté nous fortifie davantage pour accomplir la tâche qui est nôtre en vue de réaliser la mission que lui même nous a confiée. Souvenez vous d’eux dans vos prières pour les encourager à garder leur flamme toujours vive. Merci à vous tous bien aimés! »

Mot de Edmond Nyakossan, responsable du SPV

Vivre autrement : 1er dimanche du Carême

En cette marche vers le matin de Pâques, nous effectuons notre premier arrêt, une petite pause bien dérangeante.  En effet, Jésus est mené au désert pour une quarantaine de réflexion dans le silence et la recherche.  Avouons-le !  Nous en avons souper des quarantaines, confinements et couvre-feux.  Mais…

Nous sommes aujourd’hui invités avec une certaine urgence à vivre autrement, à revoir notre relation à soi et aux autres, à regarder notre manière de nous comporter avec notre environnement.  Lâchons nos habitudes de puissant et de propriétaire !  C’est crucial. Laissons-nous aller à la gratuité  et à la reconnaissance !  Ce que le pape François appelle : proximité, compassion et tendresse.  Voilà notre urgent défi !  Comment oser une manière de vivre autre plus respectueuse de la différence et de notre environnement ?  Comment soutenir chaque personne pour qu’elle marche debout et développe toutes les facettes de sa personnalité ?  Comment ne plus nous taire devant ce qui tue la vie ?  Et tant d’autres avenues à approfondir !

Profitons-donc de cette quarantaine pour oser encore poser des jalons d’une vie différente. Et comme le dit si bien Dieu dans le Deutéronome (30,15-20) : « Choisis donc la vie ! »

Ayons une pensée toute spéciale pour nos sœurs et frères d’Haïti qui vivent sous l’emprise d’un président illégitime de plus en plus dictateur !  Bonne marche !

Jean-Marc St-Jacques, c.s.v., responsable général

SPV Felana : toujours le souci de l’autosuffisance alimentaire

L’équipe SPV Felana (Madagascar), soutenue par l’association Apprentis Solidaires, mène de front plusieurs projets pour renforcer les activités de formation des agriculteurs et ainsi faciliter la transformation alimentaire :

  • Forage et château d’eau : les travaux de forage d’eau potable sont finis, les techniciens sont en train de faire le château d’eau.
  • Étable : la création d’une étable pour accueillir des vaches laitières au sein du site Androvakely
  • Électrification solaire : pour éclairer l’entourage du site, les panneaux sont déjà installés.

Bonne suite !

Entrée en Carême : un temps pour faire toutes choses nouvelles

Le mercredi 17 février, les chrétiens sont invités à entrer en Carême par la célébration du Mercredi des Cendres.  Un temps particulier où nous sommes appelés à renouer avec le cœur de ce que nous sommes, à faire le ménage dans ce qui nous empêche de vivre la communion amoureuse, la justice et la paix.  C’est un aussi un moment privilégié pour redonner de la vigueur à nos valeurs fondamentales… à la foi pour un chrétien !

Il est assez spécial de proposer de vivre cette quarantaine avant la Fête de Pâques quand nous sommes déjà en carême de ce qui fait notre essentiel : ces rencontres avec les autres pour vivre la fraternité, ces marches avec les autres sur les routes de la vie, ces instants inutiles où l’autre compte pour nous et que nous comptons pour l’autre. Oui, la pandémie est difficile pour les hommes et les femmes de communion manifestée dans le partage. Mais elle est nécessaire pour redonner de la vie à tant de personnes.

Pourquoi ne profiterions-nous pas de ce temps pour créer toutes choses nouvelles ?  pour inventer de nouvelles pistes d’avenir ?  pour mettre au cœur de nos vies la Parole de Dieu, celle qui appelle à vivre debout, celle qui nous mène vers les appauvris et les exclus de notre monde, celle qui nous fait sourire à ce qui continue de surgir de beau et d’espérant ? En ce mercredi des Cendres, l’Office de Catéchèse du Québec nous propose de renaître de nos cendres. Quel bel appel !  Faisons de ces quarante jours non pas un retrait silencieux au haut de la montagne, mais une marche, même à distance, avec nos frères et sœurs redonnant toute la place à la foi, l’espérance et l’amour.  

Avec le pape François, marchons !   «Chers frères et sœurs, chaque étape de la vie est un temps pour croire, espérer et aimer. Que cet appel à vivre le Carême comme un chemin de conversion, de prière et de partage, nous aide à revisiter, dans notre mémoire communautaire et personnelle, la foi qui vient du Christ vivant, l’espérance qui est dans le souffle de l’Esprit et l’amour dont la source inépuisable est le cœur miséricordieux du Père.»

Marathon Amnistie internationale

Le jeudi soir 4 février, Annie Perreault, responsable régionale du SPV du Suroît, animait un groupe de jeunes du Collège Bourget de Rigaud. Comme animatrice de pastorale, elle a invité plusieurs jeunes à participer à un marathon d’écriture de lettres à des prisonniers d’opinion et politiques. Cette activité promue par Amnistie internationale est une occasion de sensibiliser les jeunes à cette réalité des droits de la personne.