Entrons dans la confiance… et tenons-nous debout ! – 1er dimanche de l’Avent

Nous entrons dans cette période d’attente joyeuse de l’arrivée d’un enfant. Oublions quelques instants la commercialisation excessive de ce temps particulier de l’année. Choisissons de pointer pendant ces quelques jours de petites naissances de vie heureuse, des instants de dignité retrouvée, des moments de justice rétablie.

Oui, il est urgent de retrouver notre sens de l’indignation. Pas la révolte ou les discours enflammés inutiles. Mais cette indignation qui fait « remuer nos entrailles » devant ce qui tue la vie, opprime des personnes, détruit la diversité… Il y a tant de situations intolérables dans notre monde, mais aussi tout près de nous. Nous indigner, c’est oser parler, c’est décider d’agir, c’est opter de faire nôtre les préoccupations des petits de la terre, ces appauvris en recherche d’un espace pour se réaliser avec celles et ceux qu’ils aiment. Nous ne pouvons plus nous taire et ne rien faire.

Pour ce faire, il est bon d’entrer dans la confiance, ce qui revient à croire en ce que chacun est, en ce que nous sommes ensemble, en ce que Dieu n’abandonne jamais les siens. Il attend de nous que nous nous relevions et osons des paroles et des gestes provoquant la libération de la vie et la recherche de conditions de vie décentes assurant le mieux-être de tous. Et Dieu ne veut pas des gens écrasés. L’évangile de Luc (21,36) nous le redit en nous invitant à « nous tenir debout devant le Fils de l’homme ».

Alors, pendant ces premiers jours de l’Avent, construisons notre calendrier en y inscrivant jour après jours des gestes, des nouvelles, des événements qui sont porteurs d’espérance ! La vie est toujours au rendez-vous de la vie, si nous osons encore croire en la vie, aimer la vie, servir la vie. Bonne marche vers le rappel de la Nativité d’un libérateur qui a cru en son Père et a ouvert dans l’histoire de l’humanité une voie de vie heureuse, en toute communion.

Jean-Marc St-Jacques, c.s.v.
Responsable général
Service de Préparation à la Vie (SPV)

Tout au long de l’Avent, je ferai appel au message pastoral du Supérieur provincial des CSV du Canada, le P. Nestor Fils-Aimé : Entrons dans la confiance et faisons œuvre d’unité et de paix !

Nous avons besoin de votre aide

Afin de permettre à ses membres de s’engager dans la pérennité du SPV et des services offerts, le SPV s’est doté d’une souscription. Annuellement, 3200 billets de tirage sont mis en vente au coût de 5,00$ chacun. Les recettes permettent d’aller chercher environ un cinquième du budget annuel. Pour nous aider en achetant ou en vendant des billets, vous pouvez prendre contact avec nous ou encore à procéder à l’achat en ligne via le formulaire que vous trouverez sous l’onglet FINANCEMENT-SOUSCRIPTION.

Merci de nous aider !

Une nouvelle équipe au Togo

Bonjour mon frère et responsable général ! J’espère que vous vous portez bien. Ça fait un bon temps je n’ai pas de vos nouvelles. Ici je rends grâce pour l’amour de Dieu dans ma vie. Comme nouvelle, une nouvelle équipe a vu le jour le mercredi 10 novembre dans l’après-midi, à IT-CS DINO GOLO. Les jeunes élèves de cette école où je travaille actuellement se sont manifesté à vivre l’expérience du SPV. A cette première rencontre, j’ai fait appel à Henoc (ancien membre du SPV-TOGO) pour son témoignage. Cette nouvelle équipe sera directement sous ma responsabilité. Nous nous sommes accordés de nous réunir deux mercredis sur quatre afin de donner du temps aussi à leurs études. Trente cinq jeunes s’étaient inscrits, mais ils n’étaient pas tous là pour la première rencontre vu que la plupart étaient renvoyés dans la journée pour non paiement des frais de scolarité. Le nombre augmentera vu déjà l’engouement manifesté par ces derniers. Le 15 novembre de chaque année marque le jour anniversaire du SPV Togo. Déjà sept ans que le SPV vit dans notre pays.

Extraits de courriels de Edmond Nyakossan, responsable national du SPV Togo

Les projets avancent bien en RD Congo

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Je viens encore vers vous pour donner les nouvelles du SPV RD Congo et les renseignements demandés des membres responsables de région nommés. Le responsable adjoint de la région sera Steve Nsuami. Et comme présidente : Verena Phukuta.  Au fil du temps, nous allons choisir parmi les nouveaux membres de la nouvelle équipe Sève de vie qui pourrait assumer la responsabilité au niveau de la région. Ensuite, pour la réalisation du projet centre professionnel et technique en informatique, nous avons acquis deux ordinateurs portables.  Le projet dispose maintenant de six machines et deux imprimantes. Je suis en train de préparer le rapport financier détaillé des dépenses effectuées du fonds alloué par Solidarité SPV. Espérons que ce projet verra le jour. Le poulailler aussi évolue assez bien. Nous avons intégré depuis le mois d’octobre dernier les poules pondeuses, les coqs et les poules de races lomane pour la production des œufs fécondés. Enfin, pour les équipes ça marche, ce samedi 20 novembre, je suis invité dans une rencontre organisée par l’équipe Le bâtisseur de l’avenir. Vous trouverez ci-joint les photos du matériel informatique acheté et le poulailler. Merci pour tout. Cordialement. »

Ulrich Nzau, responsable national

 

 

Banfora au rendez-vous de la vie !


Le mardi 9 Novembre dernier, le SPV Banfora s’est réuni pour la première de cette année scolaire 2021-2022. L’objectif de cette rencontre était la prise de contact, la présentation du thème de cette année et quelques rappels pour le fonctionnement de cette année que nous voulons plus mouvementée et profitable. Étaient à cette première rencontre, une vingtaine de jeunes écoliers. Fraternellement !
Fr Grégoire Ayena, c.s.v.

11 novembre : jour du souvenir de toutes les victimes des guerres

 

Le SPV appuie la campagne du collectif Échec à la guerre en portant le coquelicot blanc à la mémoire de toutes les victimes de la guerre, les militaires bien sûr, mais aussi toutes les victimes civiles des nombreuses guerres.  Le journal Le Devoir publiait dans son édition du 6 et 7 novembre le communiqué du groupe signé par de nombreux organismes, dont le SPV.

Voici le cœur du texte :

Exigeons que le Canada dise NON aux armes nucléaires

  • Parce que les dépenses militaires mondiales ont atteint un niveau record de près de 2 000 milliards de dollars US en 2020 au détriment d’une réponse pressante aux besoins fondamentaux des populations (nourriture, logement, santé, éducation) et à l’urgence climatique
  • Parce que la nouvelle Guerre froide entre les États-Unis et ses proches alliés, d’une part, et la Chine et la Russie, d’autre part, risque de nous mener tout droit dans une guerre nucléaire pouvant anéantir une partie importante de l’humanité, voire menacer sa survie
  • Parce que, dans ce contexte, les investissements exorbitants des puissances nucléaires pour « moderniser » leur arsenal nucléaire sont d’autant plus irresponsables
  • Parce qu’au vu de la responsabilité particulière du Canada dans la création et la prolifération des armes nucléaires, nous ne pouvons que condamner son inaction persistante en matière de désarmement nucléaire et son appui à la politique nucléaire de l’OTAN

Nous, soussigné.e.s, portons le coquelicot blanc contre la guerre et le militarisme et à la mémoire de toutes les victimes des guerres.  Nous le portons aussi pour exiger que le Canada – face au péril nucléaire et à ses conséquences potentiellement dévastatrices sur le climat et la survie même de la planète – dise NON aux armes nucléaires et ratifie sans délai le TIAN (Traité sur l’interdiction des armes nucléaire).

Toute une vie au Burkina Faso

« Bonjour cher responsable général, je viens par ce message vous saluer et vous faire part des nouvelles du SPV au Burkina, précisément dans la zone du Centre. Nous avons actuellement 8 équipes de vie et une équipe en projet de création :

  • Groupe scolaire saint Viateur de Ouagadougou : 4 équipes, soit 1 équipe des classes de 6e d’une cinquantaine d’enfants, 1 équipe des classes de 5e d’une cinquantaine d’enfants, 1 des classes de 4e d’une trentaine d’adolescents, 1 équipe des classes de 2nde et 1ère d’une vingtaine de jeunes.
  • Établissement Gabriel Taborin  de Saaba : 2 équipes, soit 1 équipe des classes de 6e, 5e et 4e d’une cinquantaine d’enfants et 1 équipe des classes de 2nd cycle de 25 jeunes élèves.
  • Lycée sainte Marie Eugénie de Ouagadougou : 1 équipe des classes de 6e, 5e et 4e d’une vingtaine d’élèves.
  • Il y a également 1 équipe en projet de création à Gourcy qui est une localité située à 197 km de Ouagadougou.  J’ai parlé du SPV à une sœur de cette école qui était de passage et est elle favorable pour je vienne lancer une équipe. Je verrai la faisabilité avec les membres du bureau national.
  • Il ne faut pas oublier l’équipe de la flamme vivante.   

La grosse difficulté est d’avoir des accompagnateurs. À défaut de cela, nous allons former les leaders aux techniques de l’animation de groupe pour les amener à être autonomes le plus tôt possible.
Transmettez mes salutations aux frères et sœurs SPV du Canada.
Au plaisir de vous lire bientôt.
F Clément OUEDRAOGO csv, président national SPV – Burkina Faso »

Au rendez-vous de la tolérance

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jeudi soir 4 novembre, le responsable général était au rendez-vous de la tolérance, une rencontre regroupant une quinzaine de jeunes au Carrefour Foi et Spiritualité (https://foi-spiritualite.ca/).  Animée de mains de maître par Sylvie Courtemanche, directrice du Carrefour, cette rencontre a permis de réfléchir sur l’intolérance envers les femmes (féminicides, etc.), les personnes différentes (les gros, les grands, les mal habillés, les pauvres…), les autochtones.  Ensemble, les membres ont reconnu que l’intolérance a un impact sur notre entourage. Nous sommes de moins en moins patients, nous avons de la difficulté à vivre la différence… mais il est possible de vivre autrement.

Ce groupe se rencontre une fois par mois. Prochain rendez-vous : 2 décembre. Une belle manière de vivre le projet SPV !

25 ans de vie du SPV des Gonaïves, Haïti

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Malgré la situation difficile que traverse de nouveau Haïti, le SPV des Gonaïves s’est rassemblé le dimanche 31 octobre pour souligner ce quart de siècle de vie fraternelle sous le signe de l’idéal des premiers chrétiens. Le tout a commencé par une célébration présidée par le P. Jean-Paul St-Germain, c.s.v., aumônier national du SPV, où se côtoyaient musique, chants, prière et action de grâce.  Ce fut l’occasion de rendre hommage aux piliers de cette équipe à travers les ans.  Puis, ce fut la fête.  Le responsable général leur écrivait pour cette occasion : « Bonjour à vous toutes et à vous tous du SPV des Gonaïves !  Vous soulignez cette année les vingt-cinq (25) ans du début du SPV dans cette belle, grande et fière région des Gonaïves.  Vous avez su tout au long de ces années porter la Parole de Dieu au cœur du monde, une parole qui appelle à vivre debout dans la reconnaissance de la dignité de chaque personne, de chaque fille-fils de Dieu que nous sommes.  Vous avez également choisi de vivre la communion dans l’amour, la justice et la paix à la manière des premiers chrétiens (Actes des Apôtres 2,42-47).  Soyez fiers du bout de chemin que vous avez parcouru. Tout n’a pas été facile pendant ce quart de siècle.  Les difficultés et les incompréhensions font malheureusement partie du parcours normal des femmes et des hommes que nous sommes. Le SPV invite aussi à vivre la miséricorde dans la recherche du vrai et dans le respect des différences. Soyez toujours attentifs à respecter cet idéal. J’aurais bien voulu être des vôtres. Mais la situation sociale et la pandémie ne me permettent pas de me rendre sur votre terre célébrer avec vous. Soyez assurés de ma grande communion et de mes prières !  Je souhaite que le SPV puisse continuer à donner des fruits qui permettront à Haïti d’avoir un avenir radieux dans le respect de chaque Haïtien. Saluez les artisans de la première heure !  Soyez des femmes et des hommes debout, joyeux et porteurs de la Bonne Nouvelle ! Aimez la vie !  Servez la vie !  Contemplez la vie !

On se visite au Madagascar

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dimanche 31 octobre, il y a eu une belle rencontre entre l’équipe Vondrona et l’équipe Vahatra.  Ensemble, les membres ont vécu le lancement du thème de l’année 2021-2022 : « Tous ensemble… pour une fraternité sans frontière ! »  Selon ce que nous écrit le responsable national du SPV, Landimanana Rabenantoandro, cette rencontre est le début de la tournée des équipes pour la présentation des thèmes de l’année.