Que le lumière brille pour la vie !

Voici les vœux de Pâques de la Conférence religieuse canadienne.


La symbolique de la célébration de Pâques nous transporte au cœur du récit de la création (Gn 1, 3-4) : « Dieu dit : Que la lumière soit. Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. » Célébrer la résurrection de Jésus, Christ vivant, c’est faire de nouveau le passage des ténèbres à la lumière, de la lourdeur de nos fautes à la rédemption.

En ces temps obscurs, sur quelle lumière se fixent nos regards ? Au moment d’une sortie probable de cette pandémie interminable, voilà qu’une guerre barbare nous replonge dans la noirceur du pire de la race humaine. Les bombardements cruels en Ukraine se sont imprimés dans nos esprits. L’être humain peut parfois être son pire ennemi !
Je souhaite que la Pâques de 2022 soit l’occasion de célébrer toutes ces petites lumières d’espérance, de foi et de courage, afin que le monde réalise que le pire peut basculer vers le meilleur. Que ce soit la Pâques des cœurs souffrants qui gardent courage, car des personnes croient encore que Dieu a créé la vie, le monde et la lumière. Et Dieu se réjouit que la lumière fût bonne. Dieu se réjouira encore de la bonté d’une lumière offerte avec espérance !

Célébrons la lumière qui brille pour la vie !
Joyeuse fête de Pâques !

Alain Ambeault, CSV
Directeur général
Conférence religieuse canadienne

Et si on choisissait de vivre !

Au moment où j’écris ces quelques lignes, nous sommes le matin du Samedi saint, ce temps où nous communions avec tous les condamnés de la vie, ces femmes et ces hommes exclus du minimum pour vivre debout et croire en un avenir. En ces temps particuliers, il y a trop de personnes enfermées dans les tombeaux de la peur, de la haine, de la violence, de la non-reconnaissance. Il y a trop de nos sœurs et frères qui ne peuvent réaliser pleinement leur idéal de vie ou encore tout simplement développer leur plein potentiel.

Nous sommes devant le tombeau de Jésus de Nazareth, cet homme porteur d’un idéal qui nous appelait à croire en la justice, à travailler à la paix, à remettre en cause tous les systèmes qui détruisent la terre et empêchent les humains de vivre heureux. Mais il a subi un procès injuste, il a été crucifié, il est mort. Nos espoirs se sont éteints. Les puissants ont gagné.

Au matin de Pâques, quelques femmes, celles qui ont accompagné Jésus jusqu’au bout de sa vie, se rendent bien tristes au tombeau. Elles veulent assurer les rites prévus. Mais voilà, la pierre est roulée. Le tombeau est ouvert. La lumière y est entrée. Remplies de joie, elles courent annoncer la nouvelle aux disciples, ces « suivants Jésus ». Comme toujours, dirait-on, ces hommes sont incrédules, remettant en cause les paroles des femmes. Pierre l’incrédule et Jean l’amoureux partent à toute vitesse pour constater d’eux-mêmes ce qui se passe. Ils trouvent un tombeau vide. Ils perçoivent un souffle. Ils se lèvent en toute confiance. Ce Jésus de Nazareth a été relevé debout par le Père de toute tendresse. Il est ressuscité. Les puissants n’ont pas gagné. L’ordre du monde est renversé. La mort n’a pas le dernier mot.

C’est ce que je nous souhaite : toujours croire que la vie sera au rendez-vous de la vie. Osons donc choisir de vivre, de vivre pleinement, de vivre sereinement, de vivre en toute confiance d’avenir, de VIVRE DEBOUT. Joyeux temps de Pâques ! Soyons ces porteurs de bonnes nouvelles ! Soyons ces amoureux de la vie ! Allons ! Osons ! Confiance ! La vie, tout simplement la vie !

Jean-Marc St-Jacques, c.s.v.
Responsable général

50 ans de communion amoureuse !

Le 15 avril 1972, dans le cadre d’un congrès SPV tenu à l’Oratoire St-Joseph et en présence de plus de 600 personnes, Lorraine Decelles et Normand Picard, s’unissaient par les liens du mariage. Ensemble, ils reprenaient ces paroles de la chanson de Gilles Vigneault : « Pis r’garde-moi bien dans les yeux, Tout ce monde à rendre heureux. »

Leurs trois enfants, Julie, Nicolas et Céline, et les petits-enfants peuvent rendre témoignage de cet amour toujours tourné vers les autres. Et que dire de leurs nombreux engagements pour servir la vie, défendre la dignité des personnes et proposer des chemins de vie heureuse : Camps de l’Avenir, SPV, Maison d’Aurore, Syndicat… et bien d’autres encore.

Ce 15 avril 2022, Lorraine et Normand soulignent 50 ans de vie commune, 50 ans de partage, 50 ans de tendresse manifestée, 50 ans d’accueil de la vie, 50 ans d’engagement pour un monde meilleur. Ils sont su toujours porter la Parole dans toute sa fraîcheur, marcher avec les humbles de la terre, questionner les structures injustes, mais surtout aimer à la manière du Christ, celui qui bouscule, celui qui accompagne, celui qui ose la vie. Nos hommages ! Notre communion !

P.S. Lorraine et Normand sont engagés au SPV et aux Camps de l’Avenir dans divers services depuis plus de 50 ans aussi.

Une session de formation du SPV Cameroun

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le vendredi 8 avril et le samedi 9 avril, les encadreurs du SPV du Cameroun se sont donné deux journées de formation. Le vendredi a été consacré à une rencontre avec les responsables du diocèse pour préciser les attentes respectives.

Le samedi, grâce à la visioconférence, la rencontre a permis de réfléchir avec le responsable général, F. Jean-Marc St-Jacques c.s.v., en trois temps :

  1. La spiritualité du SPV : son origine, les textes bibliques fondateurs, la volonté du fondateur ;
  2. La nécessaire inculturation du projet SPV dans la réalité camerounaise ;
  3. Une réflexion sur le Carême et Pâques.

Bravo à cette région SPV qui se donne du temps pour consolider la démarche de vie des équipes !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une nouvelle équipe au Burkina Faso

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le SPV continue de se développer au Burkina Faso.  Une nouvelle équipe a été lancée à Gourcy, une ville à 140 km de Ouagadougou. Le samedi 9 avril, le F. Clément Ouédraogo, c.s.v., responsable régional, est allé rencontrer des dizaines de jeunes intéressés par ce projet.  M. Sompougdou, enseignant, a accepté d’accompagner ce nouveau groupe. Bienvenue dans la famille du SPV !

29 ans de vie SPV à Chantal, Haïti

Il y a déjà 29 ans, S. Lise Tremblay, m.i.c., plantait dans la terre de Chantal le germe du SPV. C’est de là qu’il rayonnera à travers tout le pays.  Nous apprenons que : « Malgré les vicissitudes de la vie, le SPV de Chantal arrive à célébrer leur 29e anniversaire. Une messe d’action de grâce a été célébrée le dimanche 27 Février 2022. En cette occasion, les membres de SPV de Chantal ont offert une plaque d’honneur et mérite à Mme Marie Ange Henry, bien engagée au SPV. Nous profitons de ce 29e pour lancer le 30e anniversaire pour le mois de Février 2023, espérant que la situation socio-politique d’Haïti s’améliore un peu. »

 

Dimanche des Rameaux et de la Passion – De l’abandon au matin de Pâques

Dimanche des Rameaux et de la Passion – De l’abandon au matin de Pâques

Les textes de ce dimanche nous font entrer dans la Semaine sainte. Je ne m’arrêterai qu’au psaume qui passe presque inaperçu dans cette célébration où la Parole est principalement centrée sur les textes de la Passion.

Dans ce psaume 21, le psalmiste s’écrie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Il traduit ici le cri de tant d’enfants, de femmes et d’hommes dans les moments les plus difficiles de leur vie. Pensons à toutes ces personnes terrées dans des caves pour éviter les bombardements en Ukraine, à ces Maliens qui ont été assassinés, victimes des combats avec les djihadistes, à ces femmes agressées dans le conflit qui secoue une partie de la RD Congo… à toutes les personnes prises dans des conflits meurtriers, y compris tous ces jeunes soldats enrôlés de force.

Mais pensons aussi à ces personnes qui attendent des soins de santé, à ces gens condamnés par des maladies incurables, à ces personnes âgées laissées seules devant la mort… Mais encore à ces enfants de la rue, à ces jeunes agressés, à ces ados pris dans la spirale de la drogue… Et n’oublions pas notre terre qui aspire elle aussi à être libérée de tout ce qui la détruit.

Il y a vraiment de quoi crier vers Dieu : Pourquoi nous as-tu abandonnés ? Et pourtant, si nous osons relever juste un peu notre tête, nos yeux verront la lueur du matin de Pâques. Oui, cette semaine nous redit que la vie a un sens, qu’il vaut la peine de se battre pour qu’elle retrouve toute sa place dans la joie, la dignité, la reconnaissance de l’importance de chaque personne. Ensemble, nous marcherons cette semaine à la table du pain partagé, célébration du Jeudi saint, où nous redécouvrons l’importance de la fraternité, de la fête et de la communion avec le Christ de tous les possibles. Avec Marie et Jean, nous irons au pied de la croix pour nous faire proches de tous les exclus de la terre, ces condamnés par l’injustice, la haine, l’indifférence, la pauvreté… Nous entrerons dans le silence du tombeau, espérant encore et encore y trouver une parole de vie, espérant un souffle rafraîchissant qui ne semble plus passer dans notre monde. Et au matin de Pâques, pleins de la foi des femmes, nous courrons au tombeau, celui de la pierre roulée, celui de l’impossible devenu possible. La vie est toujours au rendez-vous de la vie.

Prenons donc le temps de marcher les routes des derniers jours du Christ sur sa terre. Imprégnons-nous de l’odeur de ce peuple déconcerté… et de la confiance inébranlable de Marie : IL EST VIVANT.

Bonne semaine sainte !

Jean-Marc St-Jacques c.s.v.
Responsable général

En pièce jointe, un document préparé pour une équipe SPV de Montréal.

Pâques 2022-document animation

Marchons toujours !

Le parcours proposé par nos amis Raymond et Désiré se poursuit. Vous recevez aujourd’hui les récents parcours : de 21 à 28 et la station 4.

Pour voir les parcours précédents, voyez les articles publiés les 2, 9, 16 et 20 mars 2022.

 

Parcours 40 – numero 28

Parcours 40 – numéro 27

Parcours 40 – numéro 26

Parcours 40 – numero 25

Parcours 40 – numéro 24

Parcours 40 – numéro 23

Parcours 40 – station 4

Parcours 40 – numéro 22

Parcours 40 – numéro 21