Le SPV s’agrandit en RD Congo

Les jeunes de la grande région de Kinshasa ont vécu les Camps de l’Avenir cet été. Un instant de douce joie et de partage. De plus, Ulrich Nzau, responsable national du SPV de la RD Congo nous écrivait :

« C’est avec une grande joie que nous communiquons cette nouvelle. Le 20 août 2023, le SPV RD Congo a implanté deux nouvelles équipes dans la province du Congo central, précisément dans la ville de Boma, diocèse de Boma, à 500 km de Kinshasa. Nous avons mis sur pied un comité provisoire qui présidera dorénavant aux destinées du SPV.  Ce comité se donne pour mission l’enracinement des équipes SPV dans ce coin du pays et sa promotion.
Le comité se compose de Flavien Baku, Judith Mbadu, Aloïs Tembo,  Alida khonde,  Sylvie yika. Ensemble nous allons développer des stratégies, des actions communes pour répondre aux réalités régionales et du développement des équipes dans d’autres villes et diocèses de la province, Matadi, Moanda…
Le SPV continue sur une lancée dynamique la promotion auprès des jeunes .
Pour cela, j’ai organisé deux rencontres de formation pour parler du SPV, ses objectifs, son fonctionnement et son organisation au cours desquelles,  j’ai expliqué ce qu’est le SPV durant 40 minutes dans la salle paroissiale de Mama ya Luzingu ( Notre-Dame de la vie).
 Enfin, le SPV RD Congo a repris ses activités chaque samedi à 15 heures après nos deux camps d’avenir des jeunes organisés à l’école Saint François / Kingabwa/ Limete,  qui ont bien réussi. Les jeunes ont aimé .  Cela fait toujours du bien de cheminer avec ces jeunes en quête  du bien, du vrai et du merveilleux. Vous trouverez ci-joint quelques photos avec les jeunes de Boma, le camp d’avenir. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le SPV plein de vie au Madagascar

Le SPV malgache, sous la responsabilité de Landimanana Rabenantoandro, se démène pour poursuivre ses activités.  Une activité de couture-recyclage a rassemblé des jeunes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et les Camps de l’Avenir ont permis à bien d’autres de partager un temps de formation, de joie et de fraternité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une session de formation au Cameroun

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le samedi 9 septembre, nous apprend Éric Martial Owona, responsable national, « une journée de réflexion SPV portait précisément sur la relecture de nos pratiques, de nos engagements et objectifs en tenant compte des défis du contexte Camerounais. C’est autour du thème de l’année :  » *ici et maintenant, levons-nous! « * que nous avons centré notre réflexion. Débutée à 7h30, nous avons tour à tour eu droit à des interventions variées: Eric Martial Owona, responsable national, Antoine Petraki, président général, Hernio Carié, membre de l’exécutif général, Jean-Marc St Jacques, Responsable général, sans oublier la célébration eucharistique, le repas, les partages. »

Le SPV présent aux JMJ

Le SPV était bien présent aux JMJ.  Le président général Antoine Petraki et sa sœur Marianne, membre du comité des publications, portaient fièrement le drapeau du SPV dans les rues de Lisbonne. Dans la prochaine revue Khaoua, ils nous présenteront quelques réflexions à partir de cette expérience.

Les Camps de l’Avenir du lac Ouimet

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les deux camps des jeunes sont maintenant terminés pour la 58e saison des Camps de l’Avenir (lac Ouimet).  Une belle expérience de vie fraternelle sous le thème : ICI ET MAINTENANT, LEVONS-NOUS !

Les activités se sont multipliées pour permettre à chacun.e de développer son plein potentiel avec des valeurs de simplicité, joie, confiance, responsabilité, désinstallation, présence, service, engagement et co-responsabilité.  

Voici des photos pêle-mêle…

Consultation sur l’énergie

Le SPV soutient cette campagne de Nature Québec.

Madame, Monsieur,

Je remercie le ministère de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie du Québec d’avoir invité la population à lui communiquer ses points de vue sur les changements à apporter au cadre réglementaire du secteur de l’énergie. Voici les éléments qu’il me semble essentiel de prendre en compte.


Gouvernance

1. Nos choix énergétiques auront des impacts déterminants, positifs ou négatifs, sur le réchauffement climatique, l’effondrement de la biodiversité, l’épuisement des ressources et la justice sociale. Pour éviter des décisions à la pièce dont les conséquences n’auraient pas été suffisamment mesurées, le premier ministre François Legault doit tenir sa promesse de lancer un vrai débat de société sur l’avenir énergétique du Québec, de préférence sous la forme d’un « BAPE générique », et reporter d’ici là toute modification réglementaire.

2. Le Québec doit se donner une nouvelle politique énergétique :
• qui donnera la priorité absolue à la sortie complète des énergies fossiles, y compris du gaz dit « naturel »;
• qui garantira la sécurité énergétique de la population et assurera des conditions de vie décentes à toutes et tous;
• qui sera alignée avec nos cibles de protection et de restauration des écosystèmes naturels;
• au terme d’une transition juste qui placera les travailleuses et les travailleurs concerné-e-s au cœur des discussions.
3. L’attraction de nouvelles entreprises énergivores ne doit pas être une priorité et doit en fait être mise de côté jusqu’à ce que l’atteinte des objectifs qui précèdent soit assurée.

4. L’énergie doit être reconnue comme un service public. Il faut éviter qu’une part significative des infrastructures énergétiques, qui sont stratégiques, soit détenue par des intérêts privés et que les règles de fonctionnement des fournisseurs d’énergie soient fondées sur la recherche de profit.

5. La précarité énergétique ne doit plus être tolérée. Tout le monde a droit à la chaleur en hiver et à la fraîcheur en été, et ce, sans devoir faire de compromis sur d’autres besoins essentiels.

6. Les droits constitutionnels, internationaux et inhérents des nations autochtones doivent être respectés, notamment le droit au consentement préalable, libre et éclairé.

7. La Régie de l’énergie doit être un organisme totalement indépendant. Son mandat doit être valorisé et aligné sur nos cibles climatiques et de protection des écosystèmes naturels.


Équilibre offre-demande

8. Pour maintenir l’équilibre offre-demande d’énergie tout en cessant graduellement de brûler du pétrole et du gaz et sans fragiliser encore davantage les écosystèmes, il faut avant tout entreprendre un méga chantier de réduction à la source de la demande dans tous les secteurs : transport, bâtiments, industrie, etc.

9. Le harnachement de  rivières vierges et l’énergie nucléaire sont à proscrire.

10. Le gaz naturel renouvelable (GNR) doit être développé avec une grande parcimonie et réservé aux usages non convertibles à l’électricité.

11. Les projets miniers et énergétiques ne doivent pas faire obstacle à l’atteinte de la cible de protection de 30 % des territoires terrestres d’ici 2030 ni se développer au détriment des milieux de vie.


Tarification

12. La tarification doit décourager la surconsommation d’énergie et favoriser l’aplanissement des pointes de demande d’électricité en hiver, mais respecter sans équivoque le principe d’abordabilité pour les ménages à revenus faibles ou modestes.

13. Les consommateurs d’énergies renouvelables ne doivent pas assumer les coûts du déclin des acteurs du secteur des énergies fossiles, comme le prévoit par exemple l’entente de biénergie Hydro-Québec – Énergir.


Chose certaine, il faut mettre fin à la fuite en avant d’une société qui carbure à la surproduction et à la surconsommation. Décider de l’avenir énergétique du Québec, c’est décider de l’avenir du Québec tout court.

Je vous remercie de votre attention.

Une journée de l’amitié au Cameroun

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le samedi  17 juin se tenait  une journée bien spéciale à Ékye au Cameroun. Les jeunes étaient fiers de participer à cette journée de l’amitié. Ils ont pu montrer leur savoir faire par des ateliers de danse, de fabrication de bracelets, de jeux de société.